Ce cher Docteur… Une Histoire de Privilèges.

A priori, le docteur Grégory House constitue sans nul doute l’un des plus déplorables et méprisables spécimens du genre humain : cynique, misanthrope, égoïste, hypocrite, immature, grossier, vulgaire, méprisant, narcissique, possessif… Pourtant, il s’agit non-seulement du protagoniste central de la série télévisée éponyme, mais également celui avec lequel nous sommes paradoxalement le plus invité-e-s à ressentir de l’empathie.

Rappel: il est possible d’apprécier une série ayant des aspects problématiques (sexistes, racistes,  homophobes…). Comme toujours, vous pouvez commenter en respectant la charte de modération.

giphy (4)

Lire la suite

Relations abusives invisibles: le cas Ross/Rachel

Contenu sensible: dans cet article, j’évoquerai la question des relations abusives et leur représentation dans la culture. Je traiterai en particulier des violences psychologiques perpétuées au sein de relations abusives.

Cet article se concentrera sur l’analyse de la relation Ross-Rachel dans la série télévisée Friends. Pour une analyse plus détaillée du sexisme de la série, je vous renvoie à ce billet. La suite de ce billet révélera des moments-clés de la série Friends. Je rappelle aussi qu’il est possible de critiquer les aspects problématiques d’une oeuvre tout en l’appréciant.

powewheel1

Lire la suite

Réflexions sur Shae

Je m’apprête à discuter d’éléments de la série télévisée Game of Thrones tout en les comparant avec le matériau original (les livres). Je vous conseille de ne pas continuer l’article si vous n’êtes pas à jour dans la série télévisée (c’est à dire la saison 4 sortie en 2014), car, bien évidemment : SPOILER ALERT.

[TW: cet article contient des images violentes et évoque des violences sexo-spécifiques.]

Sha

Lire la suite

Ces moments de sexisme ordinaire dans Friends

A-t-on encore besoin de présenter LA sitcom au succès planétaire des années 1990?

Etant née au début des années 1990, Friends reste une référence primordiale à mes yeux dans ma découverte des séries. Je connais encore la plupart des répliques par cœur (ce qui fait que l’écriture de cette critique a été incroyablement rapide), j’ai une liste d’épisodes préférés, je me souviens de chaque intrigue, chaque blague, et je fais partie de ces gens énervants qui peuvent citer une scène de Friends en plein milieu d’une conversation.

Bref, c’est une série que je respecte pour sa qualité d’écriture, pour son humour calibré et pour sa capacité à me faire passer des pleurs aux rires (oui, la scène de dispute entre Ross et Rachel me fait encore pleurer aujourd’hui). Malgré tout l’amour que je lui porte, Friends reste une des séries à succès les plus incroyablement conservatrices, dépolitisantes, sexistes et racistes des années 1990-2000. Et oui, je peux aimer une série tout en la critiquant pour ses aspects politiques nauséabonds.

En y repensant, certaines scènes ne m’ont jamais fait rire parce que je sentais que quelque chose n’allait pas dans les propos des personnages. Parlons-donc un peu de ces moments désagréables et sexistes dans Friends.

Contre-arguments : « rooh la la t’as aucun humour hein. On peut plus rire de rien maintenant? Bin c’est Desprogres qui avait raison hein… « .

Oui je vous entends d’ici, alors chut.

[TRIGGER WARNING]: évocation de violences à caractère sexuel, notamment le viol et les agressions sexuelles.

Lire la suite

Les Revenants et les Femmes

Ces derniers temps j’ai décidé de me rattraper sur certaines séries, commencées, jamais achevées, du coup pardonnez mon retard, mais je vais vous parler de la série Les Revenants.

Série française diffusée fin 2012 sur Canal +, Les Revenants nous parle d’un village de montagne isolé en France, dans lequel commencent à réapparaître des personnes mortes. La première saison se compose de 8 épisodes, et entremêle les intrigues de familles dont les défunts reviennent à la vie.

Pour ce qui est de la critique des séries françaises et de leur traitement des femmes, un article a déjà été écrit sur le site de Perdusa, que je vous conseille vivement d’aller lire si ce sujet vous est cher.

Pour ma part, je me concentrerai sur les problèmes que j’ai relevés quant au traitement des personnages féminins, du racisme, de l’homosexualité, de la virilité, de la famille, et de l’organisation en communauté.

Avant toute chose, je tiens à rappeler les basiques (je ne me lasse pas de me répéter): oui, il est possible d’apprécier une série et de la critiquer pour certains aspects politiques, entre autres la question du genre, de la race, de l’orientation sexuelle, des rapports de classe, etc… Ma critique se concentrera en grande partie sur la question du genre, qui est -vous l’avez compris- mon sujet de prédilection. 

Trigger Warning: évocation de violences sexo-spécifiques, agressions sexuelles, viols et homicides, et images violentes dans le reste de l’article.

SPOILER ALERT: je m’apprête à dévoiler des éléments de l’intrigue de la saison 1, donc vous êtes prévenus.

Lire la suite