Coven, féministe et anti-raciste?

[Article initialement posté sur Tumblr en 2013]

Fan absolue du genre horrifique, qu’il soit télévisuel ou filmique, je n’ai pas perdu une seconde pour regarder American Horror Story lors de la diffusion de sa première saison en 2011.

image

Conception de la série et synopsis de Coven

American Horror Story a été créée par Ryan Murphy et conçue comme une mini-série dont chaque saison se suffit à elle-même. En effet, chaque saison de la série comporte un arc principal et des arcs secondaires qui se résolvent (plus ou moins) à la fin de la saison. Ce qui permet au spectateur de regarder un volet de la série sans avoir regardé les volets précédents. Ce concept de mini-série cadre plutôt bien avec les choix scénaristiques et artistiques pris par les créateurs, puisqu’il permet de recycler indéfiniment des acteurs-trices, explorer de nouveaux thèmes, de nouveaux lieux, tout en conservant une impression d’homogénéité.

Mais venons-en à Coven, le troisième volet de cet ovni qu’est AHS: pour l’instant seul l’épisode Bitchcraft a été diffusé, et laisse bien sûr place à beaucoup, beaucoup de scènes d’exposition. Comme toujours, la saison va se dérouler sur 2 périodes: la Nouvelle-Orléans des années 1830 et celle d’aujourd’hui. L’opposition entre les deux périodes est exprimée par les thèmes explorés:

  • Les années 1830 sont le théâtre de l’esclavage et de l’histoire de Me Lalaurie (Kathy Bates), une tueuse en série ayant réellement existé, qui tortura et tua ses propres esclaves. Les thèmes les plus présents sont donc le racisme et l’esclavage (en dehors de la folie meurtrière bien sûr).
  • L’époque actuelle présente une adolescente (Taissa Farmiga) découvrant qu’elle appartient à une longue lignée de sorcières, et intègrant une école de sorcières. Le thème le plus présent dans la Nouvelle-Orléans moderne est surtout l’émancipation de la femme (via ses pouvoirs magiques).

Coven s’annonce-t-elle comme féministe et anti-raciste?

Pour l’instant seul le season premiere est sorti, mais je dois avouer que je ne suis pas vraiment convaincue. En dehors des scènes trash que nous donne la série (et qui me fascinent malgré moi), celle-ci m’a rendue perplexe en à peine un épisode – et j’espère qu’elle me fera changer d’avis par la suite.

En effet, Tim Minear, producteur exécutif, explique dans un article du Huffington Post que “tout en ayant des thèmes féministes forts durant cette saison de Coven, il y a des thèmes de race, des thèmes d’oppression, et des thèmes de famille -en particulier les mères et les filles”.

Les enjeux féministes

Malgré ces intentions honorables, et malgré le nombre considérable d’actrices tenant les premiers rôles, le premier épisode donne surtout une image particulièrement réductrice et peu moderne des personnages féminins. On a droit à l’image d’Epinal de la femme qui souhaite redevenir jeune et contrôler les hommes, et ce pour deux personnages de la série (Jessica Lange et Kathy Bates).

image

image

Il est vrai que le viol du personnage d’Emma Roberts est perçu comme réellement traumatique et n’encourage pas le blâme de la victime dans l’épisode, mais les conséquences pour les personnages ne sont pas pour autant abordées intelligemment. Pour le personnage d’Emma Roberts, la vengeance s’exerce via le meurtre de ses violeurs, pour le personnage de Taissa Farmiga, il s’agira de violer et de tuer à son tour le coupable ayant survécu, ce qui mène à une dissonance cognitive chez le spectateur: ces scènes sont perçues du point de vue des jeunes filles, et semblent encourager la perpétuation de leurs actes de vengeance, tandis que nos propres croyances tendent à désavouer le meurtre et le viol.

La sorcellerie est une métaphore intéressante pour explorer le “women empowerment » (« autonomisation de la femme »), et permet de discuter de la représentation de la femme dans la société, d’homosexualité féminine (cf. Buffy) et d’émancipation de la femme, puisque fantasy et science fiction sont des genres qui admettent amplement l’analyse de certains thèmes (ex: Battlestar Galactica est le prétexte d’une discussion sur la guerre et la politique; Star Trek offre le premier baiser interracial sur le petit écran; Buffy montre le premier baiser lesbien sur une chaîne mainstream). En dépit du mélange encourageant de sorcellerie et de féminisme, le contexte dans lequel les personnages féminins sont présentés n’apporte pas vraiment d’enjeu féministe fort. Et la sorcellerie reste perçue comme un moyen pour les personnages féminins de prendre leur revanche ou de contrôler les hommes de la façon la plus violente possible, plutôt qu’un moyen de s’émanciper et de se développer en tant qu’êtres humains.

Les enjeux anti-racistes

Pour ce qui est du racisme, il semble que ce thème sera surtout traité dans les flashbacks des années 1830 (bien que le seul personnage noir présent dans l’époque moderne soit assez stéréotypé… mais passons).

image

Le problème que j’ai avec le traitement du racisme tel qu’il est annoncé dans Coven, est qu’on parle moins de racisme que de tueuse en série. On comprend rapidement que Me Lalaurie est motivée par le désir de rester jeune, belle et de garder son mari auprès d’elle (même si, en fouillant l’internet je n’ai pas trouvé de faits historiques prouvant cette motivation). On comprend également que ce personnage tue ses propres esclaves afin de se baigner dans leur sang, justement pour rajeunir et raffermir sa peau.

Ce qui me dérange est donc ceci: comment explorer des thèmes aussi difficiles et complexes que le racisme ET l’esclavage si on utilise l’exemple d’une tueuse en série? Est-ce qu’on ne risque pas d’horrifier le spectateur pour des raisons très différentes que celles de l’esclavage et du racisme? Est-ce qu’on ne minimise pas le racisme en dénonçant un personnage au comportement aussi extrême (le message en creux serait que seuls les tueurs en série sont racistes…)? Le racisme ne s’exprime pas seulement par les actes des tueurs en série, tout comme les viols ne sont pas seulement commis par des inconnus dans des parkings tard le soir (80% sont commis par des personnes de votre entourage).

La confusion entre meurtres en série et racisme me dérange donc parce qu’elle n’offre aucun élément nouveau en rapport avec le racisme (tuer c’est mal, merci de me l’apprendre Coven!) et parce qu’elle semble ne s’intéresser au racisme que sous sa forme anecdotique (je ne dis pas que les meurtres racistes n’existent pas, mais que le fait divers évoqué par Coven n’est pas vraiment représentatif du racisme). J’apprécie au contraire beaucoup plus la saison Asylum pour la perception qu’elle donne du traitement par électrochocs des homosexuels, parce qu’elle rappelle que ce traitement a existé (et non de manière anecdotique) et découlait du mythe selon lequel l’homosexualité était une maladie, idée encore présente dans l’esprit de nombre d’individus aujourd’hui. A l’inverse, Lalaurie ne perpétue pas ses meurtres pour des motivations racistes, mais pour des motivations personnelles, sadiques et grandiloquentes, ce qui diminue complètement la force de l’argument proposé par Coven: tuer des gens à cause de leur couleur de peau, c’est mal (oui, l’argument n’a rien de nouveau).

Seul l’épisode Bitchcraft a été diffusé, donc je ne peux que faire des conjectures sur la suite de Coven, mais je continue à craindre un manque de subtilité de la part de cette saison 3, sur des sujets qui méritent grandement qu’on les explore avec intelligence (et le genre horrifique n’a pas à être exclu de la discussion!). Coven est-elle la série féministe et anti-raciste dont se targue Minear? La réponse ne pourra être formulée qu’en fin de saison, mais pour l’instant c’est mal parti.

Publicités

Une réflexion sur “Coven, féministe et anti-raciste?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s