Féminité VS virilité dans TBBT

[Article initialement posté sur Tumblr en 2013]

Cette fois-ci je m’attaque à l’analyse d’un autre produit de la pop-culture: The Big Bang Theory. Etant donné le nombre de saisons et la quantité de choses à dire sur le sujet de la féminité dans The Big Bang Theory, je ne traiterai dans cet article que de l’épisode de Thanksgiving de 2013: The Thanksgiving Decoupling (Saison 7, épisode 9).

image

Comme toujours, les commentaires sont les bienvenus. Je rappelle au passage qu’on peut apprécier une oeuvre et la critiquer, que l’humour n’est pas exempt de critiques lui non plus (passons sur le sacro-saint point Desproges) et que la “liberté d’expression” qu’invoquent les trolls ne leur donne pas le droit de flooder pour autant (mais on verra ça dans un autre article voulez-vous?).

Parlons donc féminité, virilité et rôles genrés, dans TBBT.

Avant toute chose, je précise que j’ai choisi d’analyser cet épisode parce qu’il m’avait affreusement gênée dans sa représentation de la féminité, et qu’il s’agit selon moi d’un parfait cas d’école. Cette série me pose régulièrement problème puisqu’elle oppose une écriture de plus en plus intelligente à des formes d’humour souvent très discriminantes. Je suis plutôt fan de cette sitcom (malgré le fait qu’elle soit quand même sacrément réductrice envers les “geeks”), et simultanément j’ai des difficultés avec les clichés sexistes, racistes, homophobes qu’elles a tendance à proposer.

image

Je l’avoue: la série a progressé d’une certaine manière pour ce qui est de sa représentation des femmes. Elle partait avec un sévère handicap (Le Principe de la Schtroumpfette avec Penny en seul personnage féminin du casting principal) et s’est améliorée en intégrant d’autres personnages féminins intéressants (voire plus intéressants que les personnages masculins sur beaucoup d’aspects). J’apprécie particulièrement le fait que Amy et Bernadette soient désormais intégrées au casting principal, non seulement pour des questions de réalisme (Penny n’avait aucune amie femme jusqu’à la saison 3) mais aussi parce qu’elles proposent des modèles de féminité et des interactions amoureuses différentes de la norme (voir cet article de Pierre Sérisier).

La féminité comme faiblesse

Dans cet épisode spécial Thanksgiving, les interactions des personnages fonctionnent principalement sur l’opposition entre féminité et virilité. Les rapports de force ne sont perçus qu’au travers du prisme de la virilité: plus un personnage se montre masculin, plus l’interaction joue en sa faveur. Prenons la discussion entre Howard et son beau-père dont les rapports s’articulent essentiellement sur la valorisation d’attributs masculins:
– Le caractère taciturne du beau-père s’oppose à la loquacité de Howard (Howard: “So your wife’s in Arizona with the grand-kids? » Mike: »huh uh”)
– Le caractère sportif du beau-père (qui a joué au foot à l’université) s’oppose au manque d’activité physique de Howard (“I did get tackled in the hallway, once”)
– La mise en scène des acteurs compte elle aussi: Howard se tient recroquevillé sur le canapé tandis que Mike (le beau-père) occupe l’espace de façon plus libre
– Des rapports de force s’installent entre Howard et Sheldon dans le but d’obtenir la sympathie de Mike, et tournent autour du match de foot, et de la bière.

image

Dans les rapports de force, le personnage le plus viril a toujours le dernier mot

La scène dans laquelle Bernadette défend Howard devant Mike et Sheldon est particulièrement symbolique: alors qu’elle s’agace de voir son père et son ami se comporter de façon déplaisante avec son mari, Sheldon lui rétorque une phrase digne du bingo féministe (“She’s so tiny. It’s funny when she’s mad”). L’intrigue se termine sur cette boutade et ne donne lieu à aucun changement de la part des personnages. Par cette réplique, Sheldon rappelle qu’il est facile de faire taire un personnage féminin en le ramenant à son statut de femme.

Un autre exemple de ces rapports de force tournant autour de la question de la virilité est l’intrigue de Penny et Leonard. Leonard exprime (maladroitement) ses difficultés à accepter que Penny se soit mariée avec Zack. Or, comme chacun sait, exprimer ses émotions revient à exprimer sa féminité, c’est pourquoi le personnage garant de la virilité (Mike) le fait taire immédiatement tout en le renvoyant à sa propre faiblesse:
Leonard: “How am I the bad guy? She’s the one who married someone else. I’m the victim » […]
Mike: “I’ve kept my marriage for 35 years, can I weigh in here? I’m trying to watch the game. Shut up

Raj cuisine le repas: la fausse subversion des rôles genrés

Donc d’un côté nous avons Mike, Sheldon et Howard devant le match de football, de l’autre l’intrigue Leonard/Penny. Qui s’occupe de la cuisine? Il s’agit bien sûr de Bernadette et Amy, mais aussi de Raj.

Avant de s’exclamer qu’il y a subversion dans les rôles genrés puisque Raj est un personnage masculin qui s’occupe de la cuisine, il faut se pencher sur les attributs de ce personnage.

Ici, une critique intersectionnelle s’impose car Raj est non seulement un personnage dont la féminité est un sujet de moqueries fréquentes au fil des épisodes, mais il est aussi la “caution Indienne” du casting et doit être analysé en tenant compte de ces caractéristiques.

N’oublions pas la vision de la féminité dans TBBT, qui peut faire rire comme elle peut agacer :

Raj est un personnage qui est souvent moqué pour sa “féminité”, tantôt parce qu’elle renvoie à un soupçon d’homosexualité (le soupçon planant sur l’homosexualité est très fort dans cette sitcom), tantôt parce qu’elle renvoie à une forme de faiblesse chez ce personnage. Bien entendu, la vision de la féminité dans TBBT est extrêmement réductrice (l’épisode dont est extrait la vidéo ci-dessus le montre très bien) et il suffit qu’un personnage masculin ait des loisirs dits féminins (lire Twilight, faire la cuisine, s’occuper d’un petit chien, s’intéresser à la mode et aux produits de beauté) pour qu’il subisse nombre de moqueries sur sa sexualité et/ou sur ses compétences.

Raj correspond aussi au trope du Funny Foreigner, et ses origines indiennes sont souvent le sujet de moqueries de la part de ses amis. Il est avant tout un personnage “quota” et de ce fait n’a pas souvent d’intrigue à lui seul (excepté l’intrigue très brève avec Lucy, jouée par Kate Micucci). Il est le plus souvent utilisé pour faire avancer les intrigues des autres personnages ou pour illustrer par l’humour son manque d’importance dans les arcs narratifs (voir la vidéo ci-dessous, à partir de 4:16).

Revenons au rôle de Raj dans cet épisode de Thanksgiving: il se charge donc de cuisiner le repas de Thanksgiving avec l’aide de Bernadette et Amy. Cependant, en se conformant à ce rôle traditionnellement féminin, il se voit relégué dans une intrigue secondaire, et ne peut que graviter autour des intrigues principales comme le font Bernadette et Amy. Le fait qu’il s’agisse de l’unique personnage issu de la diversité en dit aussi long sur le peu d’importance de Raj dans la série en général et dans l’épisode en particulier.

Ces quelques aspects de l’épisode de Thanksgiving montrent à quel point la série s’ancre dans un humour qui ne réussit jamais à subvertir les représentations de la féminité et de la masculinité. En appuyant une grande partie des rapports de force sur l’opposition entre féminité et masculinité, la série entérine l’idée selon laquelle le féminin est un handicap, et le masculin une force.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s